7 mars 2011, Berkeley, California

Comme pour fêtér la victoire du people
Égyptien, un arc-en-ciel s’arquebute
tôt ce matin
sur mon jardin

Je me souviens de la chute du mur de Berlin
dont nous vîmes les rémous quelque temps après
son écroulement,
Lent et lourd dénouement!

Le vent a emporté les pétales blanches
des pruniers; mais viennent les roses cerisiers
et, rois des fruitiers,
les exquis pommiers.

J’étais à Paris quand la prise du canal
de Suez par l’Égypte scandalisa anglais—
les maîtres des mers—
et français, fiers.

Ne fût-il pas leur de Lesseps qui construit
le canal? Pour le confier à ces illétrés?
D’ou question d’honneur
et cas de guerre!

L’Amérique s’opposant, la guerre de Suez
n’eut pas lieu. La crise passa pour cette fois.
Le comte mon beau-
pére se fâcha.

Sous les hauts fruitiers, les fleurs bulbes éclatent,
Les iris pourpres, les jonquilles et tulipes.
Folle floraison
d’une courte saison.

Nous avions à Paris un ami égyptien,
grand, large d’épaules, élégant, seigneurial,
mécène, homme
chéri des femmes.

Les rebelles-en-chef aujourd’hui sont petits,
cheveux noirs, crépus, visages ronds, souriants,
très intelligents,
non-bélligérents.

Longtemps sous terre, éclos unanimement,
seront-ils protégés par les fruitiers altiers?
Ou, une autre fois
écrasés?  Pourquoi?

Envoi
Croyons au triomphe des fleurs bulbes enterrées,
jamais aussi fortes et belles que cette année!

Natasha Borovsky

Print Friendly