Alexandre Borowsky (Mitau, Lettonie/Russie 18.3.1889 – Waban, Mass., USA, 27.4.1968) était un enfant prodige du piano sous la conduite de sa mère avant de joindre le Conservatoire à St Petersbourg. De 1915 à 1920, il donnait des master classes au Conservatoire de Moscou et des concerts dans son pays. Il obtint aussi son diplôme universitaire en droit. En 1921, il quitta Russie et allait à Paris.

Là, il y eut un grand succès et pendant ses premières trois saisons en France il donnait déjà des dizaines de concerts et de recitals. Il débuta au Carnegie Hall en 1923. Il continuait de concerter partout en Europe, en Russie, en Amérique su Sud,  pendant les années 20 et 30. Il émigra vers les États Unis en 1941 pour y continuer sa carrière de soliste et de pédagogue du piano.

Alexandre Borovsky et Sergei Prokofiev restèrent toujours liés par amitié, depuis qu’ils eurent été dans la même classe au conservatoire de St Petersbourg. À cette époque, Alexandre fréquentait Serge dans l’appartement où il vivait avec sa mère. Il était un des premiers à entendre quelques-unes de ses compositions comme ‘Visions Fugitives. Il introduisait les compositions de son ami partout dans le monde pendant les années 1920 et 1930. Prokofiev en était très reconnaisant et admirait ses interprétations. Alexandre n’atteignit jamais la réputation mondiale qu’il méritait. Il était un pianiste superbe. Aux États Unis, des efforts sont en train d’être réalisés pour faire sortir quelques de ses anciens enrégistrements sur CD.

C’est par intermédiaire de Prokofiev qu’en 1922, à Paris,  Borovsky faisait connaissance avec la mère de Natasha, Maria Viktorovna Sila-Nowicki.  Ils se mariaient à Paris en 1923 et Natasha était née en 1924. Après leur départ de Paris à Berlin en 1930, le mariage ne durait plus. Les Borovsky et les Prokofiev restaient amis jusqu’au retour des Prokofiev à la Russie en mai 1936. Dans les prochains chapitres, je vous raconterai l’histoire de Borovsky en ce qui concerne Maria et sa fille Natasha.

L’inscription en Russe sur la photo, prise ± 1910: ‘Pour mon cher Pavel de son aimant Shurik Borovsky’. Shurik est le petit nom d’amitié pour Alexandre. Pavel (Paul), général dans l’armée soviétique, était le mari de Masha, soeur d’Alexandre, qui à son tour envoyait la photo à Natasha, après la 2e guerre mondiale.

 

(à suivre, tous les mercredis, vendredis et lundis soir à 19 h)

Print Friendly