Natasha Borovsky, Larmes Irisées, 10

museau foncé, fourrure tachetée,
de noir gantée
le regard vif, gris-bleu de race,
perspicace

ma chatte et son ami
Lui, il est maigre et haut sur pattes,
elle dodue, soyeuse et basse.
Il se couche devant la porte
et attend jusqu’à ce qu’elle sorte.
Elle le suit sans se presser
et ils s’en vont se balader
quand il fait beau, par les jardins
parfois de nuit, jusqu’au matin!
L’alarme, alors, se répand
dans notre rue… inutilement
Car la voilà sans honte aucune
qui vers ses maîtres s’achemine.
Et ce sont eux qui rentrent, bredouilles,
de leur angoissante patrouille.

au lit avec ma chatte: le jeu
Elle prend la chasse sérieusement.
Je reconnais son miaulement
de fauve, rauque, plein de joie.
Sa souris grise est sa proie.
(Une vraie souris ou un oiseau
sont à l’abri de ses assauts.)
Elle m’apporte son jouet
et le dépose sous mon nez
A sa poursuite elle s’élance
à l’instant que je le lance:
Une glissade et elle l’attrape
avant que l’escalier le happe.
A pas feutrés, tout doucement
elle le rapporte entre ses dents.
Jusqu’à ce que, à bout d’élan
elle s’affalle contre mon flanc.

ma chatte et mon mari
Sur le lit quand il l’étale,
elle se met sur son journal.
La nuit,
quand elle s’attarde au balcon,
il prend, pour la rappeller, un certain ton.
Elle accoure sans défi.
Sur pattes-arrières elle se met droit,
pour prendre un bonbon de ses doigts
La lecture à haute voix la surprend.
Elle observe sa bouche curieusement.
Elle préfère le contact avec moi,
mais elle est charmée par sa voix

ma chatte avec moi au lit
Elle chatouille mon oreille
à mon éveil
Sur mon corps elle se promène
comme sur son domaine,
puis s’installe sur ma poitrine
et me domine.

Sous ma caresse elle se pâme,
en ronronnant à fendre l’âme.
Mais gare à moi si je l’ignore:
elle mord!

Ma Chatte: reprise du thème
Ma jeune chatte la traîtresse,
consolation de ma vieillesse,
au museau noir, au plastron clair,
au doux poid chaud contre mon coeur
Ma chatte, émissaire des dieux,
le Sphinx réside dans ses yeux.

Print Friendly