Par Albert Chiendeau

Quelque temps après, il correspondait avec une fille américaine aux cheveux noirs. Il l’avait rencontrée par hasard au centre de La Haye. Elle lui envoyait des livres qu’elle avait déjà lus. Other Voices, Other Rooms de Truman Capote. Il lisait les voix mais ne les entendait pas.

Écrire avec elle… c’était passionnant. Il lui demanda d’envoyer ses lettres et petits paquets Poste Restante. Il était passionné par ses balades à bicyclette pour aller les chercher à l’ancien et mystérieux Bureau de Poste au centre de la ville. Même si ses randonnées restaient le plus souvent sans succès, elles lui donnaient un sentiment de désir inassouvi qui ne le quitterait plus jamais. Il envoyait ses lettres ‘c/o American Express’, Paris, France. “Comme Hemingway,” elle avait chuchoté dans son oreille à la fin de leur seule rencontre. Elle passait par ce bureau aux Champs Élysées souvent car, avec sa grand-mère puissante et riche, elle voyagait par toute l’Europe durant quelques années.

Elle lui envoya aussi The Summing Up par Somerset Maugham. Mais il n’y avait  encore rien à résumer en lui. Elle s’en aperçut assez vite. Après quelques mois, il n’eut plus de nouvelles d’elle. Elle aurait pu changer sa vie, car elle était une des peu nombreux héritiers de la famille Pepsi Cola.

Le temps venu de choisir  un champs d’études universitaires, son père parla de la reconstruction de la patrie après-guerre et décida que son futur devrait être dans ‘la technique’. Technique ? Son pays ? Là, où il se sentait étranger depuis sa naissance ? Il n’était chez soi que dans ses rêves. Il s’imaginait le va-et-vient à l’American Express à Paris et insista pour aller étudier la langue et la littérature françaises. Ce qui  causa la consternation totale de ses parents.

Le premier livre qu’il voulut lire en français était une traduction de Other Voices Other Rooms de Truman Capote, pour voir s’il avait fait du progrès dans son développement spirituel. Il ne pouvait pas le trouver, car il ne savait pas qu’en France ça ne s’appelle pas Autres Voix Autres Chambres, mais  Les Domaines Hantés.

(à suivre)

Print Friendly