Natasha Borovsky,  Larmes Irisées 12

Nous étions une bande révolutionnaire
sans cause et sans armes. Toutefois,
nous nous battions derrière une barricade de fer.
Quelque chose d’horrible se passa
là-dedans. Parmi ces tuyaux enchevêtrés,
nous fûmes changés mystérieusement;
ni vifs ni morts, à des automates plus près
qu’à des humains. Nous sauvant en courant,
nous avons pris refuge à la campagne,
dans un abri glacial et nu, aux murs
blancs couverts de cailloux, où la hargne
de la foule ne pouvait nous nuire.
Alors nous entendîmes des cris: les appels
d’autres fugitifs quelquepart cachés.
Impuissants à aider nos amis les rebelles,
nous nous sommes decidés à chercher
secours chez nos ennemis. Et voilà que l’un
d’entre eux suit notre envoyé, cependant
qu’un chant dehors s’élève auquel je me joins.
Le soleil inonde soudainement
la contrée alentour, les cailloux des parois.
Je me sens possédée du fol espoir­—
à mesure que s’affirme ma force et ma voix­—
que j’échapperai à ce cauchemar …

L’Analyse

Le rêve, ais-je compris au réveil,
me représente telle que je suis
maintenant
et la bande rebelle
mes différents « mois. »
La barricade
de fer, c’est l’hémorragie cérébrale
dont je me suis remise ni vive
ni morte grâce à mon médicament.
Harcelée par mon oeuvre inachevée,
je me réfugie dans la paresse
et l’inertie ( l’état de faiblesse
et de déprimement dû à l’action
de mon médicament) symbolisé
en rêve par cet abri ou morgue
en cailloux blancs.
Les appels que j’entends
proviennent de mes dons emprisonnés.
Je manque de force pour les délivrer.
L’impuissance, c’est ça mon cauchemar
inavoué que le rêve se charge
de me revéler.
Mais secours survient.
Les parois de cailloux étincellent.
De ma voix étranglée – un autre effet
du médicament- sort un chant puissant,
et l’espoir que je n’ose avouer
consciemment-trop de fois fût-il déçu—
­renaît follement.
D’où vient-il? De qui,
de quoi? Le rêve ne l’indique pas.
Mais je soupçonne, je l’ai soupçonné
déjà, si secours il y a, secours
devra bien venir de l’un de mes « mois. »

Print Friendly