La chatte magique

Que dirait-on
d’une chatte noire,
queue en l’air,
les yeux bleus-ardoise,
une hérétique,
qui échapperait à l’Inquisition?

Ils la clouèrent à une croix
en bois de chêne,
et les clous éclaterent de la croix.
Elle s’enfuit indemne
par l’étroite Voie romaine.

Bernard de Clairvaux essaya
de la persuader gentiment.
“Je ne peux rien faire avec cette chatte!”
s’exclamat-il.
“Elle n’a pas de honte.”

“Montrez-lui les instruments,”
firent-ils.
Elle s’envola par la fenêtre
dans les bois de Gascogne.

“Au bûcher!
Au bûcher l’hérétique!”
qu’ils se mirent à crier,
“la chatte, l’effrontée!’

Sa nonchalence les enrageait tous.
Avec quel calme, à Béziers,
elle traversa les flammes!
Surgissant de l’amas de pierres
que fut Montségur,
elle s’assit pour se lécher les babines.

Traduit par Natasha Borovsky du poème de Stuart Dodds,“Magical cat.”
1er Juillet, 2008

Print Friendly